Je, 1 Mars 2018

20:00 Fischermanns Orchestra feat. Bruno Spörri & D. Andrew Stewart (CA, CH)

Bruno Spörri (electr), D. Andrew Stewart (electr), Samuel Blättler (tp), Bodo Maier (tp), Simon Petermann (tb), Lino Blöchlinger (as), Sebastian Strinning (ts), Samuel Blatter (voc/keys), Dominic Landolt (g), Victor Hege (sousaphone), Urban Lienert (b), Reto Eisenring (snare drum), Thomas Reist (bass drum)

Le Fischermanns Orchestra de Lucerne existe depuis 2007. Il est présent sur les scènes de toute l’Europe. La musique de cet ensemble est imprégnée par les personnalités respectives de ses musiciens qui poursuivent leurs expériences musicales jusqu’en Afrique et en Amérique du Sud tout en restant intéressés par les formes contemporaines de la musique improvisée et expérimentale. Dans le cadre du Jazzwerkstatt 2018, le Fischermanns Orchestra réalise un rêve : jouer avec deux spécialistes de l’électronique : Bruno Spörri de Zurich et D. Andrew Stewart de Lethbridge (CAN). Ensemble ils travaillent avec différents concepts d’improvisation et des fragments de compositions extraites du répertoire du groupe.

www.fischermanns-orchestra.ch

21:15 William Parker Small Band (USA, ZA, CH, DK)

Mette Rasmussen (as), Marc Stucki (ts), William Parker (b), Kesivan Naidoo (dr)

On dit qu’il est „le bassiste le plus novateur depuis Mingus“ ; le magazine new-yorkais Time Out l’a élu „un des cinquante musiciens les plus importants de tous les temps“. William Parker n’est rien moins qu’une légende vivante du free jazz américain. Fraîchement débarqué du Cap à New York, le batteur et compagnon de route de longue haleine du Jazzwerkstatt, Kesivan Naidoo, a rencontré William Parker et s’est vu rapidement engagé dans l’une de ses formations. En souhaitant inviter William Parker au Jazzwerkstatt, Kesivan a assurément frappé un grand coup.

www.williamparker.net

22:30 Sha’s Feckel & Alexandru Arcus (CH, MD)

Sha (sax), Alexandru Arcus (sax), Urs Müller (g), Sarah Zaugg (b), Kaspar Rast (dr)

La ville de Berne compte presque autant de saxophonistes de jazz que de pierres dans l’Aar…. Mais un saxophoniste comme Sha, il n’y en a qu’un. Sha est sans aucun doute l’un des représentants les plus indépendants de la scène locale, bricolant depuis des années un son bien particulier, tournant avec Ronin et Mobile aux quatre coins du monde. Avec son quatuor Sha’s Feckel, il a également publié Greatest Hits et Feckel For Lovers deux albums très remarqués. Participant pour la première fois au Jazzwerkstatt en 2018, Sha n’y a pas seulement amené le film 100 Risings (voir le programme du Cinéma Rex, di 27.02), mais aussi son groupe augmenté du saxophoniste moldave et protagoniste du film, Alexandru Arcus. La démarche de Sha’s Feckel, avec sa force tranquille, se situe quelque part entre jazz, prog rock, musique minimale et imaginaire.

www.sha-music.ch